Le Monde Collectionne

Le Monde Collectionne

Forum pour les Collectionneurs de Bandes Dessinés, Maquette, Timbres, Bague de Cigare et autres ...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Biographie des auteurs Raoul Cauvin, Louis Salvérius et Willy Lambil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patrix

avatar

Masculin Age : 57
Messages : 4145
Date d'inscription : 01/02/2013
Localisation : 48200 ST-CHELY D'APCHER

MessageSujet: Biographie des auteurs Raoul Cauvin, Louis Salvérius et Willy Lambil.   Dim 17 Mar 2013, 00:43

Raoul Cauvin, scénariste.

Né à Antoing (Belgique) le 26 septembre 1938, Cauvin est l'une des rares personnes à avoir suivi pendant cinq ans des études
de lithographie publicitaire à l'Institut Saint-Luc de Tournai, pour découvrir en entrant dans la vie active
que cette profession n'existait plus !



Il entre en 1960 aux Éditions Dupuis comme... lettreur, puis devient rapidement caméraman au département dessins animés
où il restera 7 ans. Durant ces années, il se découvre une autre passion : le scénario.
C'est Charles Dupuis lui-même qui lui offre sa chance.

Cauvin fait ses premières armes avec des collaborateurs internes de la Maison : Ryssack ("Arthur et Léopold"),
Gennaux ("L'Homme aux phylactères", "Loryfiand et Chifmol"), Degotte, Carlos Roque et Vittorio.
A ses débuts, il travaille avec une jeune dessinatrice parisienne : Claire Bretécher !
Leur collaboration donne naissance à une série intitulée "Les Naufragés".

1969 est l'année clef. Cauvin et Salvérius lancent leur propre western : "Les Tuniques Bleues",
une bande dessinée d'humour sur fond de guerre de Sécession.
A la mort du dessinateur, il propose la reprise de la série à Lambil qui la développera jusqu'aux hautes altitudes des best-sellers.
Cette saga dépasse les quinze millions d'exemplaires vendus en français et fait l'objet d'innombrables traductions à travers l'Europe

Louis Salvérius dit Salvé, dessinateur.

Né à Soignies (Belgique) en 1935, Louis Salvérius, dit Salvé, est engagé à vingt et un ans au bureau de dessin des Éditions Dupuis.



Ses premières illustrations, fort techniques, paraîtront dans RISQUE-TOUT en 1956,
mais son travail est généralement moins gratifiant : des lettrages pour l'édition néerlandaise de SPIROU, des grilles de mots croisés,
des petits croquis anonymes d'animation, puis le remontage et le prolongement de dessins pour l'adaptation en "Gag de Poche" des héros de la Maison.

Il décroche en 1959 la réalisation d'une publi-B.D. pour la boisson Cécémel et ébauche ses premières créations personnelles
dans les mini-récits, ces suppléments à l'hebdomadaire servant de banc d'essai aux débutants.
L'Ouest américain le fascine et domine ses premiers mini-livres : "La Loi du scalp" (sur scénario de Delporte en 1959),
"Histoire d'Indiens' (écrite par Maurice Rosy), des animations pour "Les Indiens du Sud-Ouest".

Après des essais de collaboration dans la mini-bibliothèque avec Serge Gennaux ("Umberto Solferino" en 1963)
et Bob De Groot ("L'Homme moyen"), c'est Jacques Devos qui va lui imaginer ses premiers personnages récurrents
de western parodique : "Tim et Tom", deux jumeaux impécunieux parcourant le Far West.

Lorsque Salvé est jugé graphiquement mûr pour placer des planches à un format normal dans SPIROU, c'est encore Devos
qui lui imaginera, de 1963 à 1968, une soixantaine de gags de "Whamoka et Whikilowat", deux Peaux-Rouges qui apparaîtront en 1966
dans des ouvrages illustrés de la collection "Carrousel" ("Une Journée chez les Indiens" et "La Légende du désert",
avec la collaboration de Jamic pour les décors).

Paul Deliège prend la suite de Devos en lui écrivant les scénarios d'une huitaine de mini-récits mettant en scène la tribu
des Nez-Cassés et le malchanceux "Petit Cactus", de 1968 à 1969. Un projet de grand récit est en chantier lorsque l'horizon
se dégage et permet à l'artiste d'envisager du vrai western en lieu et place de ses fantaisies indianistes. "Lucky Luke"
a quitté le journal et la place est à prendre. Un jeune scénariste encore inconnu, employé au labo photographique des éditions,
lui propose un thème de série qui est parfaitement dans ses cordes : "Les Tuniques Bleues".

Séduit par l'idée de Raoul Cauvin, Salvérius crée les personnages sur le plan graphique. Ils se rodent dès 1969 dans des gags
et de courts récits complets, puis abordent enfin les prestigieuses séries à suivre. L'antagonisme des héros et une spirituelle
dénonciation du militarisme à tous crins vont développer une véritable dynamique du succès qui, rapidement, hisse la série parmi
les vedettes de l'hebdomadaire.

Séduit par cette nouveauté, l'éditeur Charles Dupuis convainc Salvérius de quitter l'assurance tranquille de son statut d'employé
au bureau de dessin pour se consacrer totalement à cette production. Il lui garantit même de le reprendre à sa fonction au cas,
bien improbable déjà, où ces créations ne rencontreraient pas l'adhésion du public.
Louis Salvérius va se donner à fond pour relever la gageure.

À trente-huit ans, le 22 mai 1972, la mort le foudroie à la planche 36 du quatrième grand épisode animé par ses créatures,
"Les Outlaws". Lambil acceptera de conclure cette aventure, puis de reprendre les personnages.

Peu expansif, d'une grande rigueur professionnelle, toujours perfectionniste, Salvé a tracé le sillon que poursuivent ses amis Lambil et Cauvin.
Ses cavaliers de l'Ouest américain font désormais partie de la légende.


Willy Lambillote dit Lambil, dessinateur.


Né le 14 mai 1936 à Tamines (Belgique), c’est à l’âge de 16 ans que Lambil est engagé aux Éditions Dupuis…
comme lettreur, après avoir suivi un an d’études à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles.



Grâce au frère de Joseph Gillain, Henri, qui habite à Tamines, il fait la connaissance de l’auteur talentueux de “Valhardi” et “Jerry Spring”.
Lambil se rappelle très bien d’une anecdote qui fut le déclic de sa vocation : “Tiens, m’avait dit Jijé, dessine mes lunettes.
Ce que j’ai fait ! En regardant le résultat, il a souri et a remarqué : ça, ce sont des lunettes, ce ne sont pas mes lunettes !” Belle leçon d’observation.
L’adolescent apprend le métier sur le tas au bureau de dessin des Éditions Dupuis en effectuant de la mise en pages,
des modifications aux bandes dessinées remontées pour la collection “Gag de Poche”, des petites animations ou
des illustrations pour les magazines de la maison, tels que LES BONNES SOIRÉES.

Avec l’assistance de Henri Gillain pour le scénario de son premier récit, il devient enfin collaborateur régulier au journal de SPIROU,
en 1959, avec les aventures d’un jeune garçon et de son kangourou, “Sandy et Hoppy”. Sans jamais visiter l’Australie
mais en se montrant d’une authenticité de plus en plus affirmée grâce à la documentation rassemblée, il en réalisera vingt-cinq grands épisodes.
En parallèle, il dessine quelques “Oncle Paul” et s’amuse parfois à composer des parodies de son univers particulier
avec les fantaisies animalières du kangourou “Hobby” et de son ami Koala.

En 1972, après le décès du dessinateur Louis Salvérius (Salvé), il reprend avec succès “Les Tuniques Bleues”,
une série lancée en 1968 par celui-ci et le jeune scénariste Raoul Cauvin. Il se trouve ainsi en charge de la destinée graphique
des deux truculents héros, Blutch et Chesterfield, chevauchant dans un milieu dont il ignore presque tout !
Que cela ne tienne : Lambil va se documenter et montrer une ténacité extrême pour réussir la gageure proposée.
La mort dans l’âme, il sera bientôt obligé d’abandonner Sandy devant le succès croissant de sa nouvelle série.

Dans le cadre de la rubrique “Carte Blanche” de SPIROU, Lambil et Cauvin esquissent en 1973 un personnage parodique
et quasiment autobiographique : “Pauvre Lampil”. Le succès les contraint à en faire un début de série, qui dépeint la vie quotidienne
(et les avatars) d’un dessinateur de bande dessinée et de son entourage. Nombre d’anecdotes y sont plus qu’authentiques !
“Au fil des années, confie Lambil, c’est devenu une sorte de bêtisier de tous les malheurs qui arrivent aux auteurs de chez Dupuis.”
Le malchanceux Lampil disparaîtra toutefois en 1995, après sept albums, étouffé par la demande croissante de nouveaux épisodes
des “Tuniques Bleues” et leur immense succès : plus de quinze millions d’exemplaires vendus chez Dupuis!

Quasiment enchaîné à sa table à dessin depuis quarante ans, il a longtemps été un des dessinateurs les plus productifs de l’hebdomadaire,
réalisant près d’une centaine de planches par an. “Comme je travaille chez moi, je suis un paresseux culpabilisé.
C’est pour ça que je travaille tous les jours. Le dimanche, je fais mes corrections. L’usine où je travaille, en fait, c’est ma maison !”
Le Grand Prix Saint-Michel 2006 a été attribué à Willy Lambil, auteur des "Tuniques Bleues", pour l'ensemble de son oeuvre. [/size]

Les personnages :



Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis.
Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter.
Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis
que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe
des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

__________________________________________________
on ne jouit bien que de ce que l'on partage !

 
Revenir en haut Aller en bas
http://lozeremodelisme.xooit.com/index.php
 
Biographie des auteurs Raoul Cauvin, Louis Salvérius et Willy Lambil.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde Collectionne :: Bandes Dessinées :: Les Tuniques Bleues-
Sauter vers: