Le Monde Collectionne

Le Monde Collectionne

Forum pour les Collectionneurs de Bandes Dessinés, Maquette, Timbres, Bague de Cigare et autres ...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Biographie d'André Franquin créateur de Gaston Lagaffe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patrix

avatar

Masculin Age : 57
Messages : 4144
Date d'inscription : 01/02/2013
Localisation : 48200 ST-CHELY D'APCHER

MessageSujet: Biographie d'André Franquin créateur de Gaston Lagaffe.   Ven 15 Fév 2013, 22:56

André Franquin, né le 3 janvier 1924 à Etterbeek (Belgique) et mort le 5 janvier 1997 à Saint-Laurent-du-Var (France).
Auteur belge francophone de bande dessinée, principalement connu pour les séries Spirou et Fantasio, Gaston, Modeste et Pompon et les Idées noires,
il est le créateur du Marsupilami, animal imaginaire.


Agé de 20 ans, Franquin fréquente durant une année les cours de l'école Saint Luc à Bruxelles.

A sa sortie, en 1944, fasciné par Disney, il entre aux studios de dessins animés C.B.A.

Il y rencontre Morris (Lucky Luke), Peyo (Les Schtroumpfs) et Paape.

A la suite de la disparition de ce studio, la belle équipe se place sous la houlette de l'homme-orchestre du beau Journal de Spirou :
Joseph Gillain, alias Jijé. La Bande des 4 (Jijé, Franquin, Morris et Will) est formée.
Ils habitent et travaillent ensemble. Tous profitent des conseils du génial Joseph.
Celui-ci confie à Franquin la reprise de Spirou auquel il vient d'adjoindre Fantasio,
ce qu'il fait en dessinant le Tank, une histoire complète en 12 pages (publiées dans l'Almanach Spirou 1947),
puis, en reprenant au pied levé et à partir de la 6ème planche, les Maisons préfabriquées (voir l'album Radar le Robot aux éditions Dupuis en 1977).



Parallèlement, il réalise de nombreuses illustrations tant dans l'hebdomadaire Spirou que dans Le Moustique, Plein-Jeu et Bonnes Soirées.

En 1948, le quatuor se rend aux Etats-Unis et au Mexique. De retour en Belgique, Franquin épouse Lilane, la femme de sa vie, et se consacre entièrement au personnage de Spirou.

Il donnera à la série toute son étoffe et ses plus beaux personnages : le Comte et le Maire de Champignac, Zorglub...
Le 31 janvier 1952, au cours de l'épisode "Spirou et les héritiers",
il fait intervenir le Marsupilami, l'un des animaux imaginaires les plus fabuleux du 9ème art.

Suite à un différend avec l'éditeur Dupuis, Franquin travaille à la fois pour Spirou et pour Tintin.
Pour l'hebdomadaire de Raymond Leblanc, il dessinera (de 1954 à 1959) l'exquis "Modeste et Pompom".
Présentée sous forme de gag en une page, cette série l'oblige à une présentation sobre et efficace.
Une exigence qu'il fera sienne durant toute sa carrière.

"Modeste et Pompom" annonce ce qui sera son personnage le plus populaire : Gaston Lagaffe.

En 1957, l'ancêtre de tous les anti-héros, fait son apparition dans Spirou.

En 1968, Franquin décide d'abandonner Spirou et Fantasio, confiant alors la série à Jean-Claude Fournier,
pour se consacrer totalement au fiancé de Mademoiselle Jeanne.

Après 14 titres chez Dupuis, un nouvel album est en cours de préparation (100% Franquin) chez Marsu Productions.

En 1977, avec Yvan Delporte, il crée Le Trombone Illustré, supplément autonome du Journal Spirou, et il y invente ses premières "Idées Noires".
A la disparition du Trombone, Fluide Glacial prendra le relais pour accueillir ces chefs d'oeuvre d'humour noir.

Les vrais génies ne s'endorment jamais et surgissent là où on ne les attend pas ! Homme de tous les défis, à l'aube des années 90, il créait
un univers destiné au dessin animé : les Tifous. Dans le secret de son atelier, pour son plaisir, il croque des milliers de "Monstres".

Avec Gaston, le Marsupilami reste son personnage favori.
Ne décida-t-il pas d'en conserver les droits lorsqu'il abandonna "Spirou et Fantasio" ?

Longtemps, il cherchera la bonne idée (et le temps) pour lancer le marsupilami dans le club des héros à part entière.

Quelques gags témoignent de ce désir.

En 1987, avec Batem et Greg, il décide de redonner vie au Marsupilami.
Une maison d'édition est créée pour cette noble tâche : Marsu productions.
Franquin continue à veiller au destin du roi de la forêt palombienne.
Il participe activement au développement du scénario avec Yann et suggère à Batem nombre de compositions graphiques.

En 1992, Dupuis publie "Signé Franquin", un recueil reprenant ses plus beaux paraphes.

Franquin a, par ailleurs, corédigé - avec Delporte et parfois Raymond Macherot - plusieurs épisodes d'Isabelle illustrés par Will, puis Arnest Ringard dessiné par Frédéric Jannin.

Hergé dira de lui : "Quand je vois un Franquin, par exemple, je me dis : "Mais comment peut-on nous comparer ? - Lui, c'est un grand artiste, à côté duquel je ne suis qu'un piètre dessinateur" (Numa Sadoul - ouvrage Tintin et moi aux éditions casterman) ; si ce jugement peut paraître un peu péremptoire, il témoigne cependant de l'admiration du père de Tintin et Milou, envers l'un des plus fabuleux représentants de la bande dessinée européenne.

Le graphisme d'André Franquin, vif et expressif, son humour inspiré, subtil et intelligent, sa modestie légendaire, l'imposent en effet comme l'un des plus incontestables chefs de file de l'école de Marcinelle (regroupant les dessinateurs classiques du journal de Spirou).

A l'image de son maître Jijé, Franquin aime travailler avec des jeunes auteurs. Serait-ce un des secrets de son éternelle jeunesse ?

Gaston Lagaffe
Tous les adeptes de Gaston Lagaffe connaissent plus ou moins l'histoire de la naissance de ce anti-héros.

Avant de devenir un personnage de bande dessinée, c'est-à-dire, évoluant dans les cases d'une planche, Gaston a évolué au sein du Journal de Spirou, dans des illustrations humoristiques.

Ainsi, il a participé à l'animation du journal, pendant presque une année, dans les pages rédactionnelles dont la célèbre rubrique le Fureteur.

L'album n°1 de la "série définitive" et l'album n°0 de la "série classique" regroupent toutes ces images.

Les images parues en album ont été restaurées, coloriées et agrandies. De ce fait, nous sommes bien loin de la réalité de la naissance de Gaston, qui commença de manière très modeste, timide, et qui aurait pu passer inaperçue, si le personnage n'avait pas cette fantaisie naturelle qui le poussa à prendre de plus en plus d'importance dans le journal, jusqu'à en voler la vedette régulièrement à Spirou.

Le journal de Spirou
, en 1957, est composé de 28 pages. Trois procédés d'imprimerie sont utilisés par Dupuis : l'offset (pour la couverture), l'héliogravure (pour les pages de BD), et la typographie (pour les pages rédactionnelles).

Toutes les pages de BD et la couverture sont imprimées, en couleur sur face et en noir et blanc l'autre, sur un papier légèrement glacé qui avec le temps n'a pas trop jauni.

Les pages 5-6 et 23-24 sont consacrées au rédactionnel et sont imprimées sur un papier différent (type papier journal). Il a quand à lui très mal vieilli et a beaucoup jauni.

C'est dans ces pages que va paraître Gaston. La qualité des dessins s'en trouve très amoindrie.


__________________________________________________
on ne jouit bien que de ce que l'on partage !

 


Dernière édition par Patrix le Ven 22 Fév 2013, 00:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lozeremodelisme.xooit.com/index.php
Patrix

avatar

Masculin Age : 57
Messages : 4144
Date d'inscription : 01/02/2013
Localisation : 48200 ST-CHELY D'APCHER

MessageSujet: Re: Biographie d'André Franquin créateur de Gaston Lagaffe.   Ven 15 Fév 2013, 22:56

Gaston est au début simplement indolent, paresseux et à l'occasion gaffeur (trouvant le moyen de mettre le feu aux extincteurs, par exemple).
Ses gaffes lui donneront, bien après son apparition, un nom de famille et une fonction récurrente dans le journal :
empêcher de signer des contrats importants avec M. De Mesmaeker, inonder les locaux, etc.

Il passe alors la plus grande partie de son temps à essayer d'éviter de travailler (en se cachant dans une armoire,
ou bien plus simplement en dormant sur son bureau…).

Malgré tous ces problèmes parfois très graves, Gaston ne se fera renvoyer qu'une fois,
lorsque M. Dupuis tombe nez à nez avec sa vache dans les locaux du journal.
Gaston sera néanmoins réembauché très vite grâce au soutien des lecteurs.

Au fil des années, d'indolent qu'il était, Gaston devient astucieux et invente divers objets et procédés destinés à lui faciliter le travail.
Son système de classement du courrier, à base de micro-perforations, laissera pantois Prunelle et Lebrac jusqu'à ce qu'ils découvrent l'origine des petits trous : Gaston classait en bellevue en accrochant le courrier sur son cactus géant.

Gaston a une famille, notamment sa tante Hortense que l'on ne voit jamais mais à qui il rend service.
Elle lui tricote des habits et est propriétaire d'un jardin (c'est notamment de chez elle que Gaston
rapporta son cactus ainsi qu'une dinde)11 et a des goûts musicaux aux antipodes de ceux de Prunelle
Il a également un grand-oncle, Odilon Lagaffe, ancien conducteur de bus dont il héritera une propriété en banlieue (en fait un autobus)
un neveu qui partage ses traits et qui donnera la série Gastoon (ce qui laisse supposer qu'il a un frère ou une sœur)
un petit cousin se nommant Jules qui aime tirer sur les canards en plastique.

Doté d'un esprit presque scientifique, Gaston s'adonne à la « chimie amusante », à l'aide de kits destinés aux enfants et de divers produits trouvés par-ci par-là. Évidemment, il pratique cette activité dans le bâtiment de la rédaction de Spirou, au plus grand désespoir de Fantasio, puis de Prunelle. Gaffeur de nature, Gaston, ne lisant bien sûr pas le mode d'emploi, réussira plusieurs fois à faire exploser une partie de l'immeuble avec ses nombreuses expériences et à provoquer la diffusion de gaz à effets divers (état d'euphorie, de somnolence).

Gaston s'est régulièrement essayé à la pratique de la musique, chantant parfois, utilisant des instruments conventionnels (guitare, trombone, tuba, batterie) mais surtout des instruments dont il est le créateur, le plus emblématique étant le gaffophone, apparenté à la harpe africaine, mais de plus grande taille, muni d'un pavillon, et doté d'une sonorité aux effets dévastateurs et inattendus. Dans une série de gags récurrents, on voit ainsi le gaffophone causer la destruction de divers immeubles (dont le sixième étage de la rédaction), équipements et véhicules (camion de déménagement, avion de chasse… ) mais également déclencher la panique ou l'exode massif de divers animaux.

__________________________________________________
on ne jouit bien que de ce que l'on partage !

 
Revenir en haut Aller en bas
http://lozeremodelisme.xooit.com/index.php
 
Biographie d'André Franquin créateur de Gaston Lagaffe.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde Collectionne :: Bandes Dessinées :: Gaston Lagaffe-
Sauter vers: